top of page
  • Pierre de Tiremont

Comprendre la révolution woke

Cet ouvrage de Pierre Valentin est admirable de concision et de clarté, ce qui ne l’empêche pas d’aller au fond des choses. Il est composé de trois parties : la nature du wokisme ; la psychologie des militants wokes ; la généalogie du wokisme. Cette dernière partie pose un constat fondamental : en dépit de toutes les contradictions qui peuvent apparaître entre les positions des vieux gauchistes et celles de la nouvelle génération woke, Pierre Valentin montre qu’elles sont superficielles et qu’il y a bien une filiation entre le wokisme et mai 68. Certes, il manque à l’ouvrage cette distinction conceptuelle, pourtant essentielle, entre le collectivisme et le cosmopolitisme, les deux pôles antagonistes de la gauche, expression idéologique de l’utopie égalitaire, que le Club de l’Horloge a gravée dans le marbre en 1998 dans son ouvrage Droite-Gauche : un clivage dépassé ? Mais, sans pour autant utiliser le terme, le livre de Pierre Valentin décrit bien la façon dont le wokisme est une expression du cosmopolitisme et de son nihilisme. Le wokisme, nous dit l’auteur, se trouve donc sur une pente glissante ; j’aimerais ajouter qu’il s’agit aussi d’une fuite en avant face à la réalité des différences sexuelles et raciales. Par exemple, pourquoi la théorie critique de la race a-t-elle, aujourd’hui, autant de succès ? Parce que l’antiracisme-qui-ne-voit-pas-les-races, dit “color blind”, n’a pas mené à l’égalité promise. Il faut donc chercher le racisme partout, déceler les structures de domination dans les moindres interstices, jusqu’à remplacer chaque blanc par un noir, au nom de l’équité. Mais le caractère injuste des revendications wokes ne peut éclater au grand jour que si l’on ose pointer du doigt les différences raciales comme sexuelles dans l’intelligence et le caractère, ainsi que leur dimension héréditaire, qui sont là l’origine véritable des inégalités, ce que ne fait pas Pierre Valentin, sauf à le lire entre les lignes.

Bref, ce livre est une charge intelligente et mesurée contre l’idéologie cosmopolite, précisément son visage woke, et qui en montre les travers, les contradictions et tout ce qu’elle renferme de plus laid.


Référence : Pierre Valentin, Comprendre la révolution woke, Paris, Gallimard, 2023.


Pierre de Tiremont

bottom of page